La sélection du Prix du premier roman de l'estuaire de Vilaine

Sélection 2020 du Prix du 1er Roman de l'Estuaire de Vilaine

BOZA !

Auteurs : Ulrich Cabrel / Étienne Longueville
Edition : Philippe Rey

« Tu veux savoir ce qui m’a conduit à prendre la route de l’exil à quinze ans ? D’accord, je vais tout te confier et tu vas être renversé. Tu es prévenu ! Mes mots seront durs, car la réalité est brutale. Mais je vais aussi te faire rire, je suis beau gosse et j’ai la tchatche. Je te demande une seule chose : ne me juge pas, ça n’a pas de sens d’appliquer ta morale à ma vie. »

Né dans un bidonville de la banlieue de Douala au Cameroun, Petit Wat est un adolescent haut en couleurs qui fait les quatre cents coups avec ses copains. Mais, sans avenir chez lui, il prend la douloureuse décision de partir pour accomplir son rêve : faire un boza, passer en Europe.

Avec un sac à dos troué et une immense foi en lui-même, Petit Wat découvre de nombreux dangers. Abandonné par un passeur aux portes du Niger, il doit affronter ghettos et déserts. Arrivé au Maroc, il rejoint des centaines de jeunes déshérités qui s’organisent pour affronter le « Monstre-à-Trois-Têtes » : des barrières massives séparant l’Afrique de l’Europe. Pourront-ils vraiment passer de l’autre côté ?

Dans Boza !, Ulrich Cabrel et Étienne Longueville proposent un regard inédit sur les réalités migratoires. La verve des personnages et l’humour du narrateur contrastent avec les enfers qu’ils traversent, offrant à ce roman d’aventures une tonalité et un rythme captivants.

BOZA !
LES DESSOUS

LES DESSOUS

Auteur : Béatrice Kahn 
Edition : Esperluette

« Il suffirait que je fasse rouler par terre les petits cailloux de ma poche pour qu’ils se rendent compte que je suis là. C’est grisant de penser que ma tranquillité ne tient qu’à un fil, et que ce fil, je le tiens entre mes mains. Quand je réfléchis trop longtemps, c’est comme lorsque je me regarde trop longtemps dans la glace, à un moment donné je ne me vois plus, je ne me reconnais pas, je perds peu à peu le sentiment d’être moi. »

Août 1963, café Le Central. Du haut de ses quatorze ans, Élisabeth n’est plus tout à fait une enfant, mais pas encore une femme. Sous la table où elle se réfugie après l’enterrement de son amie Thérèse, dans une France provinciale faite de conventions et de non-dits et où la guerre n’est pas si loin, elle écoute les adultes discuter entre eux. Elle écoute et se souvient. Des moments passés avec Thérèse, de sa relation avec sa mère, de ce qu’elle n’a pas su voir ou de ce qu’elle croit comprendre. Dans son esprit se croisent pensées et bribes des conversations du café, entrecoupées de sa lecture du journal intime d’Henriette, toute jeune fille à l’été 1939. Voix et temps s’entrelacent alors et tissent ensemble le récit d’une transmission.

Ce qui lie ces trois personnages féminins – Elisabeth, Thérèse et Henriette – nous est révélé petit à petit. Sur fond de guerre et de collaboration, de conformisme et de violence sociale, les petites et grandes trahisons des adultes se confrontent à l’élan de vie des jeunes filles.

Béatrice Kahn signe un roman dense et familial où elle aborde avec justesse le passage de l’enfance à l’adolescence puis à l’âge adulte, avec tous les questionnements qui y sont liés, et cette préoccupation majeure : comment se construire en gardant son intégrité, c’est-à-dire, aussi, comment faire avec ce qui nous précède, ce qui nous a été transmis souterrainement ?

LE NAUFRAGÉ

Auteur : François Colcanap
Edition : Slatkine & Cie

Dans ce petit port de la côte Atlantique, au milieu des années 1960, la vie est dure et simple, rythmée depuis toujours par la mer et la pêche. Chacun y tient sa place, son rôle, comme dans un ordre immémorial.

Fils unique, Joseph grandit dans le lieu clos d’une famille à trois, choyé par sa mère, dans l’adoration de son père, marin-pêcheur. Sa vie semble écrite, la maison, le bateau, l’Océan. Jusqu’à ce qu’un drame fasse voler son enfance en éclats.

La chronique bouleversante d’un homme libre ballotté par l’époque. Un roman sobre sur la vanité du temps et la fin d’un monde.

François Colcanap vit à New York, Le Naufragé est son premier roman.

LE NAUFRAGÉ
TERRE BRULÉE

TERRE BRULÉE

Auteur : Paula Vézac
Edition : Le Rouergue

Avec la mort de sa mère dans l’incendie de son appartement, à l’âge de soixante et un ans, s’ouvre pour la narratrice un vaste espace de douleur et de questionnement. Qui était cette femme, née au milieu des années 1950 dans une famille d’ouvriers agricoles et qui avait connu, comme tant d’autres de la génération des années 1970, la chute dans l’alcool et la toxicomanie ?

Dans cette enquête généalogique, la narratrice tente de comprendre le chemin de vie de sa mère, en glanant archives et documents. Car les souvenirs sont parcellaires, parfois trompeurs, souvent terrifiants. Aux côtés de cette mère à la fois lucide et défaillante, spirituelle et délirante, cultivée et marginale, la petite fille a connu une enfance noire comme un conte malfaisant. Pourtant, peu à peu, émerge le portrait d’une femme complexe et multiple, tandis que la culpabilité laisse place à la compréhension et au pardon.

Pour ce récit d’un amour invivable, Paula Vézac a trouvé le style minéral qu’il fallait, sans concession à l’égard de personne, elle comprise. De cette subtilité de l’écriture émane une émotion forte, un partage d’humanité.

RENDEZ-VOUS A COLOMBO

Auteur : Sarah Malartre

Edition : Mercure de France

>

« J’écris ce que tous racontent à la première personne. À force d’écrire je, ces histoires deviennent les miennes. Je suis eux, tour à tour, puis tous en même temps. J’ai vécu des centaines de vies, toutes plus tragiques les unes que les autres, j’ai vécu dans des dizaines de pays. J’ai tout vu, tout entendu, tout ressenti. Je sais tout des hommes et de l’horreur qu’ils cachent en eux. »

Juriste de trente ans, Nina s’occupe de réfugiés à Paris. Dans son bureau défilent Sohrab, Zied, Germude, Nour, Singuila, Issa, Fatou, Oksana et bien d’autres. Ils viennent de Syrie, du Congo, d’Afghanistan, d’Haïti, d’Ukraine et d’ailleurs… Ces hommes et ces femmes qui ont tout abandonné espèrent trouver asile en France. Nina aide chacun à raconter son histoire.

Mais il en faudrait peu, parfois, pour que tous ces destins brisés et leur cohorte de souffrances ne la submergent… Alors le jour où elle rompt avec son fiancé, et qu’au même moment elle apprend la maladie de son père, Nina vacille. Les blessures intimes ont-elles encore droit de cité face à la misère universelle?

RENDEZ-VOUS A COLOMBO
Sélection 2019

Sélection 2019

L’appel – Fanny Wallendorf – Editions Finitude – Lauréat du Prix 2019

Dans la foret du hameau de Hardt – Grégory Le Floch – Editions L’ogre

Et j’abattrai l’arrogance des tyrans – Marie-Fleur Albecker – Aux forges de Vulcain

Le matin est un tigre – Constance Joly – Editions Flammarion

On va revoir les étoiles – Emmanuel Sérot – Editeur Philippe Rey